Qu’est-ce qu’est l’ostéopathie ?

            L’ostéopathie fut créée en 1874 par le docteur A.T. STILL (1828-1917), il s’agit d’une médecine à la fois préventive et curative.  A.T. STILL fut le premier à traiter les patients dans leur globalité en recherchant les causes de dysfonctionnement plutôt que de traiter les symptômes. Il explique dans deux ouvrages les principes de cette nouvelle médecine ; « philosophie et principe mécanique de l’ostéopathie » et « philosophie de l’ostéopathie- nouvelle édition augmenté ».

Il a initié cette nouvelle médecine dans un contexte très particulier aux Etats-Unis où la médecine de l’ouest était dangereuse et faisait plus de mal que de bien ….Et de l’autre côté, la médecine de l’Est  qui ne faisait pas encore ses preuves. La philosophie de STILL est profondément naturaliste, elle respecte l’homme et la vie.

Il préconise un « savoir-faire » qui prend appui sur un véritable « savoir-être ». STILL était un spiritualiste en quête de sens, qu’il est allé chercher dans les courants spirituels de son époque, en dehors de tout dogme religieux pour accéder à la liberté de l’être ; la philosophie de l’ostéopathie en est imprégnée.

         Il estimait que la Nature avait le pouvoir de guérir et qu’un corps humain prévoyait des plans et son propre cahier des charges pour être en bonne santé ; le praticien en ostéopathie devrait donc obtenir de bons résultats en aidant la nature dans son travail.

         Nous comprenons que STILL, dès ses débuts, a posé une base philosophique et même spirituelle à cette nouvelle médecine.

L’ostéopathie est une thérapie manuelle qui s’adresse également aux animaux de tous les âges et de différentes disciplines. Il s’agit d’une médecine alternative et complémentaire. Le principe étant de traiter l’origine dite DOP (Dysfonction Ostéopathique Primaire) et de soulager les symptômes dit DOS (Dysfonction Ostéopathique Secondaire). Toute dysfonction qu’elle soit articulaire, tissulaire, viscérale, neurologique ou autre, peut provoquer un déséquilibre de l’état de santé du patient.

L’ostéopathie est fondée sur des principes fondamentaux tels que :

  • L’unité du corps : on considère le corps dans son ensemble. Les systèmes sont tous en relation et interrelation pour n’en faire qu’un. Nous considérons donc le corps dans son ensemble ou tous les systèmes sont  indissociables  les uns des autres ;
  • Structure/fonction : la structure gouverne la fonction et la fonction entretient la structure ;
  • L’homéostasie  qui consiste au pouvoir d’auto-guérison du corps
  • Artère et veine suprême ;
  • Le mécanisme de compensation et d’adaptation : la compensation est immédiate et peut devenir une adaptation qui aboutira à une nouvelle mécanique ;
  • La prépondérance du système musculo-squelettique ;
  • Le principe de non douleur ;

Tout traitement devra tenir compte des principes précédents ;

Tout traitement devra être observé et évalué ;

L’ostéopathe, en se basant sur ses observations et ses connaissances, doit déterminer comment fonctionne l’animal dans sa normalité. Il observe également son environnement ainsi que de son hygiène de vie car ces différents éléments sont des facteurs clefs expliquant de possibles dysfonctions ostéopathiques.

En effet une dysfonction ostéopathique est la conséquence de la présence ou de l’absence d’un phénomène extérieur favorable ou non. Les phénomènes extérieurs étant l’air, l’eau, l’alimentation, le mouvement, et la température.

Une dysfonction correspond à un déficit de mobilité, d’une déficience ou d’une fragilité. Lors de l’intervention de phénomènes  extérieurs non optimum, une dysfonction ostéopathique est susceptible de se mettre en place ; cela est nécessaire, tout en restant suffisant, afin d’assurer sa propre continuité dans le temps, et elle peut perdurer et s’auto-entretenir. Cette dysfonction est réversible de par l’action d’un ensemble de phénomènes extérieurs spécifiques, comme la pratique de l’ostéopathie.